Gaétan Solo vous propose des ressources expérimentées pour toutes les matières.

gaetan.solo@orange.fr

 

Grammaire
Les phrases complexes

 
 
Les propositions subordonnées compléments de verbe
Les propositions subordonnées circonstancielles : cause
Les propositions subordonnées circonstancielles : temps
Les propositions subordonnées circonstancielles : condition
Les propositions subordonnées circonstancielles : gérondif  
La phrase complexe : synthèses
Correction des exercices
 

La phrase complexe : séquence pédagogique 

Pour imprimer ces exercices.

 

Les propositions subordonnées compléments de verbe

Tu écris une phrase complexe en subordonnant.


Julien dit quelque chose. Demain, il fera beau. >>>> Julien dit que demain il fera beau.

Le speaker annonce quelque chose. La course va commencer avec du retard.
Les spectateurs espèrent quelque chose. La représentation se terminera avant la nuit.
Les statistiques nous apprennent quelque chose. Les accidents de moto sont de plus en plus nombreux.
Antoine affirme quelque chose. Tous les animaux sont malheureux en cage.

Tu réécris au style direct. Fais bien attention à la ponctuation.

Cédric affirme qu'il n'a pas peur la nuit. >>>> « Je n'ai pas peur la nuit !», affirme Cédric.

La cigale affirme qu'elle a chanté tout l'été.
Elle ajoute qu'elle n'a rien à manger.
Elle demande à la fourmi de lui prêter un peu de nourriture.
Le coq vaniteux pense qu'il a le plus beau plumage de tout le poulailler.
L'employé pense avec plaisir que les vacances arrivent enfin.

Tu réécris les phrases au style indirect, en subordonnant.
Pierre dit à sa sœur : «Je ne suis pas entré dans ta chambre !»
Pierre dit à sa sœur qu'il n'est pas entré dans sa chambre.


     Julien dit : «Je vais mettre le couvert.» Il ajoute : « Je suis assez grand pour faire ça tout seul.» Sa sœur lui dit : «Tu ne sauras pas, tu ne sais même pas compter jusqu'à quatre !» Mais Julien répond : «Je n'ai pas besoin de compter, je ne me suis jamais trompé !»


Maintenant, modifie ce texte pour retrouver le style direct.

   La speakerine annonce que demain, il fera beau sur toute la France, que les nuages seront passagers, que la température sera en hausse et que le temps sera ensoleillé.

   La speakerine annonce : «Demain, ...
 
   Le gendarme prévient l'automobiliste imprudent qu'il roule trop vite, qu'il aura une contravention, qu'il risque d'avoir un retrait de permis de conduire. Il ajoute qu'il espère que cela lui servira de leçon.

    Le gendarme prévient : «Vous ...




Je me demande quelque chose. «Allons-nous sortir ce soir ?»                                                 GRAMMAIRE
                       Je me demande si nous allons sortir ce soir.
             proposition principale proposition subordonnée ( complément de verbe )

Tu subordonnes la seconde phrase à la première.

Damien demande au pêcheur : «Avez-vous pris beaucoup de poissons ?»
Damien demande au pêcheur s'il _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _.

Le pêcheur lui répond : «Je n'ai encore rien pris !»


Ton père te demande : «As-tu l'intention de faire du vélo ?»

Il voudrait savoir : «Est-ce que je peux l'accompagner ?»

Il demande : «Quand partirons- nous ?»

Tu fais parler le chef de gare et le voyageur.
    Le voyageur demande au chef de gare si le train partira bientôt. Le chef de gare lui répond qu'il ne sait pas si le train partira à l'heure, qu'il y a eu un incident technique, que les ouvriers commencent seulement la réparation. Le voyageur se demande s'il arrivera avant la nuit, s'il doit prévenir sa femme.

Le voyageur demande au chef de gare :
Est-ce que le train partira bientôt ?
Le chef de gare lui répond :

Tu réécris la phrase comme dans l'exemple :

J'entends que vous parlez dans le couloir. ---> Je vous entends parler dans le couloir.

J'entends que tu parles dans le couloir. --->
J'entends qu'ils parlent dans le couloir. --->
J'entends qu'elle parle dans le couloir. --->
Il entend que nous parlons dans le couloir. --->
Il entend que je parle dans le couloir. --->
Il entend que les enfants parlent dans le couloir. --->

Les propositions subordonnées compléments de verbe

1. Tu subordonnes la seconde phrase à la première. Souligne ensuite les propositions subordonnées.
Exemple : Je me demande quelque chose. «Vais-je sortir ce soir ?»
               Je me demande si je vais sortir ce soir.

J'ignore quelque chose. «Hélène viendra-t-elle chez moi ?»

Je ne sais pas quelque chose. «Aura-t-elle déjeuné ?»
Je voudrais savoir quelque chose. «Quand arrivera-t-elle ?»
Je pense à quelque chose. «Elle sera là avant neuf heures.»
Vous vous demandez quelque chose. «Pleuvra-t-il demain ?»


2. Tu réécris les phrases avec un infinitif, comme dans l'exemple.
Exemple : J'entends que les enfants jouent dans la cour.   -> J'entends les enfants jouer dans la cour.

Je vois que Guillaume répare sa bicyclette.

Je sens que l'orage approche.
J'entends que le vent souffle dans le jardin.
Le concierge a entendu que le chien de garde aboyait.
Nous voyons que les premiers coureurs arrivent sur la piste.

3. Voilà de quoi écrire un dialogue : à toi de le mettre correctement en page !

         Je demande à Pascale ce qu'elle chuchote à sa voisine. Je lui demande de me répéter ce qu'elle a dit tout bas à Cathy. Elle me répond que ça ne me regarde pas, que je suis une curieuse. Je lui dis alors que je ne suis pas si curieuse que ça, que si elle ne me répond pas, je ne leur parlerai plus. Elle dit à Cathy que cela lui est égal, qu'elle a bien d'autres amies.

Je demande à Pascale :
_
Elle me répond :

_
Les propositions subordonnées compléments de verbe
Les propositions subordonnées circonstancielles : cause
Les propositions subordonnées circonstancielles : temps
Les propositions subordonnées circonstancielles : condition
Les propositions subordonnées circonstancielles : gérondif  
La phrase complexe : synthèses
Correction des exercices


Les propositions subordonnées circonstancielles (cause)
La route / est   / glissante / parce qu'il a plu. ( parce qu'il a plu : proposition subordonnée )
sujet      /verbe /attribut / complément circonstanciel

La route / est / glissante / à cause de la pluie. ( à cause de la pluie : groupe nominal prépositionnel )
sujet     /verbe /attribut /  complément circonstanciel

1. Tu remplaces la proposition subordonnée par un groupe nominal prépositionnel.
La route est glissante parce qu'il a plu.  -> La route est glissante à cause de la pluie.

Elle a réussi parce qu'elle a travaillé.

Cette lettre n'arrive pas parce que les postiers font grève.
Ce coureur s'arrête parce qu'il est fatigué.
Vous avez gagné parce que vous avez eu de la chance.
Leila est tombée malade parce qu'il faisait froid.
Il a eu un procès parce qu'il roulait trop vite.

2. Tu réécris sur le même modèle.
Le bateau avance vite parce que le vent le pousse. -> Poussé par le vent, le bateau avance vite.

Ce jeune garçon va gagner parce qu'il est encouragé par ses supporters.

Le peuplier perd toutes ses feuilles parce qu'il est secoué par le vent.
Ton portefeuille est en sécurité parce qu'il est dans un tiroir fermé à clé !
Le voleur n'ira pas loin parce qu'il est recherché activement par la police.
Ton frère ne fait pas attention à ce que tu dis parce qu'il est absorbé par la musique.

3. Tu réécris sur le même modèle. Attention, il peut y avoir des transformations !
Énervée par le bruit de la rue, j'ai fermé toutes les fenêtres. -> J'ai fermé toutes les fenêtres parce que j'étais énervée par le bruit de la rue.

Charmés par ce village de montagne, nous y sommes restés huit jours.

Fatigués par un long voyage, mes parents se sont couchés sans manger.
Soigné par le médecin, tu seras vite guéri.
Ravis de retrouver nos anciens voisins, nous les avons invités chez nous.
Emporté par son élan, le coureur n'a pas pu s'arrêter.

Les propositions subordonnées compléments de verbe
Les propositions subordonnées circonstancielles : cause
Les propositions subordonnées circonstancielles : temps
Les propositions subordonnées circonstancielles : condition
Les propositions subordonnées circonstancielles : gérondif  
La phrase complexe : synthèses
Correction des exercices



LES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES CIRCONSTANCIELLES DE TEMPS

1. Tu remplaces la proposition subordonnée par un GN prép.
Ex.: Avant que Pierre parte, tu fermeras la fenêtre.
       Avant le départ de Pierre, tu fermeras la fenêtre.

La rue sera dégagée avant que les travaux commencent.

Avant que le jardinier arrive, le jardin était laissé à l'abandon.
Il y avait déjà du monde avant que les portes soient ouvertes.
L'hiver était fini bien avant que les hirondelles revien­nent.
Tu rentreras chez toi avant que la nuit tombe.

2. Tu retrouves les équivalences.
Ex.: Depuis qu'il a été malade, mon père dort mal.
        Depuis sa maladie, mon père dort mal.

Dès que l'avion est parti, mon cœur s'est mis à battre très fort.

Depuis son arri­vée dans notre classe, Ahmed travaille beaucoup.
Le musée ne désemplit pas depuis que l'exposition est ouverte.
Nous avons ri sans arrêt depuis le commen­cement du spectacle.
Les pêcheurs se sont installés dès que le jour s'est levé.

3. Tu remplaces la proposition subordonnée par un GN prép.
Ex.: dès que le soleil se lève
        dès le lever du soleil.

dès que l'instituteur arrive

dès que les portes s'ouvrent
dés qu'il est revenu en France
dès que la neige commence à tomber.

4. Tu fais les relations entre les mots des deux lignes.

VERBES                                       NOMS

partir                                              réveil
tomber                                           pleur
finir                                                 fin
pleurer                                           chute
commencer                                  début
réveiller                                         départ
                                                       tombée
                                                       commencement

5. Tu te sers de ce que tu as trouvé dans l'exercice 4 pour compléter les phrases.

   Dès les premières ………….. de neige, les skieurs ont envahi la piste. - Les spectateurs ont applaudi à tout rompre dès la ……….... du spectacle. - Avant de ……….. sans arrêt et de te plaindre, cherche dans ton armoire pour trouver ce jouet ! - Avant la ………... de la nuit, il faudra être rentré ! - Dès que la nuit ……….., les oiseaux se taisent.


6. Tu te sers d'une phrase simple de A et d'une phrase simple de B pour écrire une phrase complexe en utilisant l'un des subordonnants dès que, depuis que, avant que, aussitôt que.

A                                                                     B
Le policier a sifflé.                                           Le soleil semble se réveiller .
Le printemps arrive.                                        Les oiseaux se mettent à chanter.
La pluie tombe.                                                L'automobiliste s'est arrêté.
Les hirondelles sont de retour.                       La chaussée devient glissante.
Les travaux seront terminés.                          Les bâtiments seront plus gais.
Les propositions subordonnées circonstancielles (temps)


1. Barre les compléments circonstanciels.
(N'oublie pas de relire les phrases de base pour vérifier.)
Exemple : Autour de nous, les sentiers étaient pleins de rosée quand nous sommes partis. (Tu lis pour vérifier : Les sentiers étaient pleins de rosée.)

      Quand Mimi et ses camarades arrivèrent à l'école, la maîtresse rangeait son sifflet. Tous les enfants étaient rangés devant elle. À son signal, ils rejoignirent leur place. L'école était installée au bout du village. Après elle, derrière un mince grillage, la terre dégringolait jusqu'en bas du ravin. De la cour, on voyait toute une terre plissée et fendillée.

2. Change la nature de certains compléments circonstanciels en remplaçant le groupe nominal par une proposition subordonnée.
Tu peux utiliser : avant que, après que, dès que, lorsque, pendant que, quand.
Exemple : Je ferai construire ma maison dès l'achat du terrain.
~> Je ferai construire ma maison dès que j'aurai acheté le terrain.

Au lever du soleil, la gelée scintille sur le gazon. ~>
Dès le premier souffle de vent, les feuilles mortes tourbillonnent. ~>
Avant l'entrée du train en gare, les voyageurs passent sur le quai. ~>
Après les moissons, l'agriculteur laboure les champs. ~>
Il ne faut pas faire de bruit pendant l'enregistrement du concert. ~>

3. Souligne les compléments circonstanciels et indique leur nature : GN (groupe nominal), PS (proposition subordonnée), Adv (adverbe).
 
   La neige n'a pas arrêté de tomber depuis que nous sommes arrivés. On ne peut bientôt plus marcher dans les rues. Il y a ce soir, cinquante centimètres de neige, et, dans la campagne, les fossés sont remplis. Demain, quand le canal sera couvert de glace, on devra interrompre la circulation. De nombreux bateaux risquent d'être bloqués longtemps.

4. Change la nature des compléments circonstanciels en utilisant une proposition subordonnée qui commence par : au moment où, dès que, parce que, pour que.


Maman m'appelle pour faire une course.

Nous avons fermé les volets par peur de la tempête.

En revenant de l'école, je prends un grand verre de lait.

Le chat gratte la porte pour sortir.

Au lever du jour, nous nous mettrons en route.

Les propositions subordonnées compléments de verbe
Les propositions subordonnées circonstancielles : cause
Les propositions subordonnées circonstancielles : temps
Les propositions subordonnées circonstancielles : condition
Les propositions subordonnées circonstancielles : gérondif  
La phrase complexe : synthèses
Correction des exercices


Les propositions subordonnées circonstancielles (condition)

•    1.Tu complètes les phrases. 

Si ________________________________, la sirène aurait sonné. 
Le SAMU interviendrait si _____________________________ .                                                                .
Si ________________________________, nous nous verrons.
Si _____________________________, tu aurais trouvé tes chaussures !
Les clients n'auraient pas été malades si _____________________________ .                                                 .

•    2. Tu réécris la phrase en mettant le premier verbe à l'imparfait. 
ex : Si tu le veux, tu réussiras.    Si tu le voulais, tu réussirais. 

Si j'ai le temps, je viendrai. Si j'avais le temps, ...
Si le temps est humide, les escargots sortiront. 
Si l'hiver ne revient pas, le printemps sera précoce. 
Mes parents ne savent pas si tu viendras.

•    3. Tu écris trois phrases complexes avec une proposition subordonnée commençant par « si ».

nous t'écouterons                                                       il va neiger cet hiver
je voudrais savoir quelque chose                               tu parles clairement
nous partirions                                                            le temps était beau
dis-moi quelque chose                                                tu prendras l'avion

•    4. Tu essaies de déplacer la proposition subordonnée. Quand c'est possible, tu réécris la phrase.
Ex.: Il réussira s'il travaille un peu. S'il travaille un peu, il réussira.

Vous ne savez pas si vous rentrerez avant la nuit. 
Si le temps est beau, la course se terminera bien. 
Les femmes se demandent si les pêcheurs rentreront avant la tempête. 
Les pêcheurs seraient heureux si la pêche était bonne. 
Je serais triste si vous partiez.

•    5. Tu complètes par des propositions subordonnées. Quelles sont les propositions subordonnées circonstancielles ? 


Mes parents voudraient savoir si ... - 
Tu ne te perdras pas si 
Regarde par la fenêtre si ... 
Je ne savais pas si ... 
Les citadins pourraient faire davantage de sport si ... 
Ton chien serait triste si...

•    6. Dans les phrases écrites à l'exercice 4, quelles sont les propositions subordonnées circonstancielles ?


Les propositions subordonnées compléments de verbe
Les propositions subordonnées circonstancielles : cause
Les propositions subordonnées circonstancielles : temps
Les propositions subordonnées circonstancielles : condition
Les propositions subordonnées circonstancielles : gérondif  
La phrase complexe : synthèses
Correction des exercices


Les propositions subordonnées circonstancielles

1) Tu réécris sur le modèle donné. (Attention, souligne d'abord la proposition circonstancielle !)
Ex.: Lorsque vous vous réveillez, prenez deux cachets. En vous réveillant, pre­nez deux cachets.

         Si vous travaillez rapidement, vous aurez fini à l'heure. Vous avez effrayé les oiseaux parce que vous êtes sorties bruyamment. Quand vous vous levez, faites un peu de gymnastique. Si tu sors de l'école, fais attention aux voitures ! Le couvreur terminera ce travail quand il reviendra dans le quartier.


2) Tu trouves les participes présents correspondant aux verbes.
Ex.: sortir  (en) sortant
noircir
changer
empiler
décorer

3) Tu retrouves les subordonnées circonstancielles correspondantes.
Ex.: En passant par Paris, mes cousins viendront me voir Quand ils passeront par Paris, mes cousins viendront me voir.

Ali s'est coupé en taillant une branche. 

Mon père a glissé en réparant le toit. 
En cherchant, vous trouverez la réponse. 
En voulant lui expliquer le problème, vous l'avez vexé. 
Le plombier s'est aperçu d'une nouvelle fuite en mettant son oreille contre le tuyau.

4) Tu complètes les phrases (sans écrire).

En ouvrant cette bouteille, ...
En lui arrachant une dent, …
En découpant cet article, …
En marchant vite, …
En repartant chez toi, …

5) Tu complètes les phrases en utilisant le participe présent.


En ………………………………..., le cycliste ……………………………………...…
En .…………………., deux jeunes motards ………………………………………..
Les premières hirondelles …………………….... en …………………………………….
En ……………………………..., cet homme ………………………………………...
En ………………………………., le clown ………………………………………...

6) Voilà des phrases qui ne sont pas acceptables. Tu les corriges.
Ex.: En roulant à bicyclette, une vache m'a renversé. En roulant à bicyclette, j'ai été renversé par une vache.

En ne klaxonnant pas, le piéton a été renversé par la voiture.

En aboyant, les passants ont eu peur du chien !

En ouvrant le paquet, tout le café s'est renversé !

Notre chienne a eu des petits en rentrant de vacances.

Les propositions subordonnées compléments de verbe
Les propositions subordonnées circonstancielles : cause
Les propositions subordonnées circonstancielles : temps
Les propositions subordonnées circonstancielles : condition
Les propositions subordonnées circonstancielles : gérondif  
La phrase complexe : synthèses
Correction des exercices



Grammaire
Propositions juxtaposées : [Je l'ai vu] , [soudain il est parti].  PJ
Propositions coordonnées : [Je l'ai vu] mais [soudain il est parti].  PC
Propositions subordonnées : [Je l'ai vu] [avant qu'il parte]. La proposition qui n'est pas subordonnée est principale.  PP
Proposition subordonnée complément du verbe : PSV
Proposition subordonnée complément du nom : PSR
Proposition subordonnée complément circonstanciel : PSC

Ils demandèrent aux gens qui revenaient de la chasse s'ils les avaient vus.
Ainsi, tous les habitants décidèrent d'aider ces pauvres femmes qui commençaient à désespérer.
Les trois paysans n'étaient toujours pas rentrés, les femmes, mortes d'inquiétude, voulurent savoir ce qui s'était passé.
La femme de Matthiew était peureuse comme son mari.
Comme toutes les fins de matinées, les femmes des paysans allèrent faire les courses au village et tous les gens parlaient d'une voyante qui savait tout sur le Loup blanc.
Les trois paysans se dirigèrent vers cette lueur.
Pendant que leurs femmes s'inquiétaient, les trois paysans étaient avec le Loup blanc.
Ils rencontrèrent plein d'animaux méchants, ils arrivèrent à les passer et allèrent retrouver leurs femmes.

Elles se mirent à chercher leurs maris car elles n'imaginaient pas qu'ils se soient fait enlever par le Loup blanc.


CM2 _ Tu t’appelles : ________________________________ Date : ___________


1. Voici des phrases simples. Tu les coordonnes avec : et ou car mais .
Exemple : Je finirai par réussir car je fournis des efforts.


Je finirai par réussir.                                                   Préfères-tu faire du vélo ?
Leila ne sort pas.                                                          Il a planté des fleurs.
Je ne prendrai pas de café.                                      Je prendrais bien du thé.
Souhaites-tu aller à la piscine ?                              Je fournis des efforts.
Denis a arraché les mauvaises herbes.                 Elle est enrhumée.


2. Voici des phrases simples. Tu subordonnes une phrase de B à une phrase de A en utilisant :

quand         depuis que          si            dès que            parce que.



J’allais m’en aller.                                                     Son maître s’absente.
Tu rendras ce livre à Catherine.                               Tu es arrivé.
Le chien ne veut plus manger.                                   Le soleil se lève.
Nous allons rentrer.                                                   Tu la vois.
Les oiseaux se mettent à chanter.                             Il se fait tard.


3. Retrouve les phrases de base.

Amélie ne sort pas car elle a la grippe.
Amélie ne sort pas.
Elle a la grippe.
Aussitôt que l’inspecteur est entré dans la classe, les élèves se sont levés.

Dès que la pluie cessa et que les nuages s’écartèrent, le bord de la falaise et la mer grise apparurent.
 M. Durand n’avait pas envie de prendre un bain mais il suivit pourtant son collègue jusqu’à la piscine.
Ton père te demande si tu iras à la pêche avec lui.
En marchant vite, le piéton est arrivé à l’heure.


Pour former une phrase complexe, tu peux :

juxtaposer les phrases simples, avec     :     ,      ;
Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus. Elle criait comme une cinglée.
Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus : elle criait comme une cinglée.

coordonner les phrases simples avec des conjonctions de coordination : mais ou et donc or ni car
Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus. Elle criait comme une cinglée.
 Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus mais elle criait comme une cinglée.

subordonner les phrases simples avec des pronoms relatifs : qui, que, dont, où, lequel, laquelle, auxquelles, ...
Le 9 mars 1999, Gabinus fut réveillé par Mandarine. Elle criait comme une cinglée.  
Le 9 mars 1999, Gabinus fut réveillé par Mandarine qui criait comme une cinglée.


subordonner les phrases simples avec des conjonctions de subordination : alors que, avant que, comme, dès que, parce que, pendant que, pour que, puisque, quand, que, si, tandis que, ...
Le 9 mars 1999, Gabinus fut réveillé par Mandarine. Elle criait comme une cinglée.
Le 9 mars 1999, Gabinus fut réveillé par Mandarine parce qu'elle criait comme une cinglée.

Tu peux aussi utiliser un participe présent :
Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus. Elle criait comme une cinglée.
Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus en criant comme une cinglée.


On dit alors que la phrase complexe est formée de plusieurs propositions :

[Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus] : [elle criait comme une cinglée].
proposition juxtaposée                                           proposition juxtaposée

[Le 9 mars 1999, Mandarine réveilla Gabinus] mais [elle criait comme une cinglée].
 proposition coordonnée                                                 proposition coordonnée

[Le 9 mars 1999, Gabinus fut réveillé par Mandarine] [qui criait comme une cinglée]. 
proposition principale                                                       proposition subordonnée

[Le 9 mars 1999, Gabinus fut réveillé par Mandarine] [parce qu'elle criait comme une cinglée].
proposition principale                                                       proposition subordonnée


Voir aussi : 3 feuilles de synthèse sur la phrase complexe
   
   

 
 
Corrections   
           
Les propositions subordonnées compléments de verbe
Le speaker annonce que la course va commencer avec du retard.
Les spectateurs espèrent que la représentation se terminera avant la nuit.
Les statistiques nous apprennent que les accidents de moto sont de plus en plus nombreux.
Antoine affirme que tous les animaux sont malheureux en cage.
"J'ai chanté tout l'été !", affirme la cigale.
Elle ajoute : "Je n'ai rien à manger."
Elle demande à la fourmi : "Prête-moi un peu de nourriture !"
Le coq vaniteux pense : "J'ai le plus beau plumage de tout le poulailler."
L'employé pense avec plaisir : "Les vacances arrivent enfin !"

     Julien dit qu'il va mettre le couvert. Il ajoute qu'il est assez grand pour faire ça tout seul. Sa sœur lui dit qu'il ne saura pas, qu'il ne sait même pas compter jusqu'à quatre. Mais Julien répond qu'il n'a pas besoin de compter et qu'il ne s'est jamais trompé.
La speakerine annonce : «Demain, il fera beau sur toute la France, les nuages seront passagers, la température sera en hausse et le temps sera ensoleillé."
Le gendarme prévient l'automobiliste imprudent : "Vous roulez trop vite, vous aurez une contravention, vous risquez d'avoir un retrait de permis de conduire." Il ajoute : "J'espère que cela vous servira de leçon !"

Damien demande au pêcheur s'il a pris beaucoup de poissons.
Le pêcheur lui répond qu'il n'a encore rien pris.
Ton père te demande si tu as l'intention de faire du vélo.
Il voudrait savoir s'il peut l'accompagner.
Il demande quand nous partirons.
Le voyageur demande au chef de gare :
Est-ce que le train partira bientôt ?
Le chef de gare lui répond :
— Je ne sais pas si le train partira à l'heure. Il y a eu un incident technique et les ouvriers commencent seulement la réparation.
Le voyageur se demande :
_ Est-ce que j'arrivera avant la nuit ? Est-ce que je dois prévenir ma femme ?
J'entends que vous parlez dans le couloir. ---> Je vous entends parler dans le couloir.
J'entends que tu parles dans le couloir. ---> Je t'entends parler dans le couloir.
J'entends qu'ils parlent dans le couloir. ---> Je les entends parler dans le couloir.
J'entends qu'elle parle dans le couloir. ---> Je l'entends parler dans le couloir.
Il entend que nous parlons dans le couloir. ---> Il nous entend parler dans le couloir.
Il entend que je parle dans le couloir. ---> Il m'entend parler dans le couloir.
Il entend que les enfants parlent dans le couloir. ---> Il les entend parler dans le couloir.

Les propositions subordonnées compléments de verbe

1. J'ignore si Hélène viendra chez moi.
Je ne sais pas si elle aura déjeuné.
Je voudrais savoir quand elle arrivera.
Je pense qu'elle sera là avant neuf heures.
Vous vous demandez s'il pleuvra demain.

2. Je vois Guillaume réparer sa bicyclette.
Je sens l'orage approcher.
J'entends le vent souffler dans le jardin.
Le concierge a entendu le chien de garde aboyer.
Nous voyons les premiers coureurs arriver sur la piste.

3.Je demande à Pascale :
_ Qu'est-ce que tu chuchotes à ta voisine ? Répète-moi ce que tu as dit tout bas à Cathy !
Elle me répond :  

_ Ça ne te regarde pas, tu es une curieuse !
Je lui dis alors :
_ Je ne suis pas si curieuse que ça. Si tu ne réponds pas, je ne parlerai plus !
Elle dit à Cathy :
_ Ça m'est égal, j'ai bien d'autres amies.

Les propositions subordonnées circonstancielles (cause)
1. Elle a réussi grâce à son travail.
Cette lettre n'arrive pas à cause de la grève des postiers.
Ce coureur s'arrête à cause de la fatigue.
Vous avez gagné grâce à la chance.
Leila est tombée malade à cause du froid.
Il a eu un procès à cause de la vitesse.

2. Encouragé par ses supporters, ce jeune garçon va gagner.
Secoué par le vent, le peuplier perd toutes ses feuilles.
Dans un tiroir fermé à clé, ton portefeuille est en sécurité !
Recherché activement par la police, le voleur n'ira pas loin.
Absorbé par la musique, ton frère ne fait pas attention à ce que tu dis.

3. Nous sommes restés huit jours dans ce village de montagne parce qu'il nous a charmés.
Mes parents se sont couchés sans manger parce qu'ils étaient fatigués par un long voyage.
Tu seras vite guéri parce que tu es soigné par le médecin.
Nous avons invité chez nous nos anciens voisins parce que nous étions ravis de les retrouver.
Le coureur n'a pas pu s'arrêter parce qu'il était emporté par son élan..
LES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES CIRCONSTANCIELLES DE TEMPS

1. La rue sera dégagée avant que le commencement des travaux.
Avant l'arrivée du jardinier, le jardin était laissé à l'abandon.
Il y avait déjà du monde avant l'ouverture des portes.
L'hiver était fini bien avant le retour des hirondelles.
Tu rentreras chez toi avant la tombée de la nuit.

2. Dès le départ de l'avion, mon cœur s'est mis à battre très fort.
Depuis qu'il est arri­ve dans notre classe, Ahmed travaille beaucoup.
Le musée ne désemplit pas depuis l'ouverture de l'exposition.
Nous avons ri sans arrêt depuis que le spectacle a commencé.
Les pêcheurs se sont installés dès que le lever du jour.

3. dès l'arrivée de instituteur
dès l'ouverture des portes
dés son retour en France
dès la tombée de la neige

4.  partir : départ 
tomber : chute, tombée                                          
finir : fin   
pleurer : pleur                                          
commencer : commencement, début                             
réveiller : réveil                                                                                     
                                                     
5. Dès les premières chutes de neige, les skieurs ont envahi la piste. - Les spectateurs ont applaudi à tout rompre dès la fin du spectacle. - Avant de pleurer sans arrêt et de te plaindre, cherche dans ton armoire pour trouver ce jouet ! - Avant la tombée de la nuit, il faudra être rentré ! - Dès que la nuit commence, les oiseaux se taisent.

6. L'automobiliste s'est arrêté dès que le policier a sifflé.
Aussitôt que le printemps arrive, les oiseaux se mettent à chanter.
La chaussée devient glissante dès que la pluie tombe.
Depuis que les hirondelles sont de retour, le soleil semble se réveiller.
Aussitôt que les travaux seront terminés, les bâtiments seront plus gais.


Les propositions subordonnées circonstancielles (temps)


1.  Quand Mimi et ses camarades arrivèrent à l'école, la maîtresse rangeait son sifflet. Tous les enfants étaient rangés devant elleÀ son signal, ils rejoignirent leur place. L'école était installée au bout du village. Après elle, derrière un mince grillage, la terre dégringolait jusqu'en bas du ravin. De la cour, on voyait toute une terre plissée et fendillée.

2. Quand le soleil se lève, la gelée scintille sur le gazon.
Dès que le vent souffle, les feuilles mortes tourbillonnent.
Avant que le train entre en gare, les voyageurs passent sur le quai.
Après qu'il a moissonné, l'agriculteur laboure les champs.
Il ne faut pas faire de bruit pendant que le concert est enregistré.

3.  La neige n'a pas arrêté de tomber depuis que nous sommes arrivés PS. On ne peut bientôt Adv plus marcher dans les rues GN. Il y a
ce soir GN, cinquante centimètres de neige, et, dans la campagne GN, les fossés sont remplis. Demain Adv,
quand le canal sera couvert de glace PS, on devra interrompre la circulation. De nombreux bateaux risquent d'être bloqués longtemps Adv.

4. Maman m'appelle pour que je fasse une course.
Nous avons fermé les volets parce que la tempête commençait.
Dès que je reviens de l'école, je prends un grand verre de lait.
Le chat gratte la porte pour qu'il puisse sortir.
Au moment où le jour se lèvera, nous nous mettrons en route.

Les propositions subordonnées circonstancielles (condition)


•    1. Si ________________________________, la sirène aurait sonné. 
Le SAMU interviendrait si _____________________________ .                                                                .
Si ________________________________, nous nous verrons.
Si _____________________________, tu aurais trouvé tes chaussures !
Les clients n'auraient pas été malades si _____________________________ .                                                 .

•    2.  Si j'avais le temps, je viendrais.
Si le temps était humide, les escargots sortiraient.
Si l'hiver ne revenait pas, le printemps serait précoce.
Mes parents ne savaient pas si tu viendrais.

•    3. Nous t'écouterons si tu parles clairement.
Je voudrais savoir s'il va neiger cet hiver. Je voudrais savoir si le temps était beau. Je voudrais savoir si tu prendras l'avion.
Nous partirions si le temps était beau.
Dis-moi si tu prendras l'avion. Dis-moi s'il va neiger cet hiver. Dis-moi si le temps était beau.

•    4. La course se terminera bien si le temps est beau. 
Si la pêche était bonne, les pêcheurs seraient heureux. 
Si vous partiez, je serais triste.

•    5.  Mes parents voudraient savoir si ... - 
Tu ne te perdras pas si  PSC
Regarde par la fenêtre si ...  
Je ne savais pas si ... 
Les citadins pourraient faire davantage de sport si ... PSC
Ton chien serait triste si...  PSC

•    6. Dans les phrases écrites à l'exercice 4, quelles sont les propositions subordonnées circonstancielles ?


Les propositions subordonnées circonstancielles

1)  En travaillant rapidement, vous aurez fini à l'heure. Vous avez effrayé les oiseaux en sortant bruyamment. En vous levant, faites un peu de gymnastique. En sortant de l'école, fais attention aux voitures ! Le couvreur terminera ce travail en revenant dans le quartier.

2) noircir : noicissant
changer : changeant
empiler : empilant
décorer : décorant

3) Ali s'est coupé quand (lorsqu')il a taillé une branche. 
Mon père a glissé quand il a réparé le toit. 
Quand vous chercherez, vous trouverez la réponse. 
Quand vous avez voulu lui expliquer le problème, vous l'avez vexé. 
Le plombier s'est aperçu d'une nouvelle fuite quand il a mis son oreille contre le tuyau.


4) En ouvrant cette bouteille, ...
En lui arrachant une dent, …
En découpant cet article, …
En marchant vite, …
En repartant chez toi, …

5) Tu complètes les phrases en utilisant le participe présent.
En ………………………………..., le cycliste ……………………………………...…
En .…………………., deux jeunes motards ………………………………………..
Les premières hirondelles …………………….... en …………………………………….
En ……………………………..., cet homme ………………………………………...
En ………………………………., le clown ………………………………………...

6) En ne klaxonnant pas, la voiture a renversé le piéton.
En aboyant, le chien a effrayé les passants !
En ouvrant le paquet, il a renversé tout le café !
Notre chienne a eu des petits à notre retour de vacances.
Grammaire
Propositions juxtaposées : [Je l'ai vu] , [soudain il est parti].  PJ
Propositions coordonnées : [Je l'ai vu] mais [soudain il est parti].  PC
Propositions subordonnées : [Je l'ai vu] [avant qu'il parte]. La proposition qui n'est pas subordonnée est principale.  PP
Proposition subordonnée complément du verbe : PSV
Proposition subordonnée complément du nom : PSR
Proposition subordonnée complément circonstanciel : PSC

[Ils demandèrent aux gens] [qui revenaient de la chasse] [s'ils les avaient vus].
PP + PSR + PSV
[Ainsi, tous les habitants décidèrent d'aider ces pauvres femmes] [qui commençaient à désespérer]. PP + PSR
[Les trois paysans n'étaient toujours pas rentrés], [les femmes, mortes d'inquiétude, voulurent savoir ce qui s'était passé]. PJ + PJ
La femme de Matthiew était peureuse comme son mari.  phrase simple
[Comme toutes les fins de matinées, les femmes des paysans allèrent faire les courses au village] et [tous les gens parlaient d'une voyante] [qui savait tout sur le Loup blanc]. PJ + PP + PSR
Les trois paysans se dirigèrent vers cette lueur.  Phrase simple
[Pendant que leurs femmes s'inquiétaient], [les trois paysans étaient avec le Loup blanc]. PSC + PP
[Ils rencontrèrent plein d'animaux méchants], [ils arrivèrent à les passer] et [allèrent retrouver leurs femmes].  PJ + PC + PC
[Elles se mirent à chercher leurs maris] car [elles n'imaginaient pas] [qu'ils se soient fait enlever par le Loup blanc].  PC + PP + PSV




1. Je finirai par réussir car je fournis des efforts.
Leila ne sort pas car elle est enrhumée. 
Je ne prendrai pas de café mais je prendrais bien du thé.
Souhaites-tu aller à la piscine ou préfères-tu faire du vélo ?.
Denis a arraché les mauvaises herbes et il a planté des fleurs.

2. 
J’allais m’en aller quand tu es arrivé. J'allais m'en aller parce que le soleil se lève.
Tu rendras ce livre à Catherine si tu la vois.
Le chien ne veut plus manger dès que son maitre s'absente. Le chien ne veut plus manger si son maitre s'absente. Le chien ne veut plas manger parce que son maitre s'absente. Le chien ne veut plus manger si son maitre s'absente.
Nous allons rentrer parce qu'il se fait tard. 
Les oiseaux se mettent à chanter quand le soleil se lève. Les oiseaux se mettent à chanter dès que le soleil se lève. Les oiseaux se mettent à chanter parce que le soleil se lève.

3. L’inspecteur est entré dans la classe. Les élèves se sont levés.
La pluie cessa. Les nuages s’écartèrent. Le bord de la falaise et la mer grise apparurent.

M. Durand n’avait pas envie de prendre un bain. Il suivit pourtant son collègue jusqu’à la piscine.

Ton père te demande quelque chose. Tu iras à la pêche avec lui.
Le piéton marchait vite. Il est arrivé à l’heure.